TEST | Uncharted 4, toutes les bonnes choses ont une fin…

Header_Uncharted4

LA GRANDEUR VIENT DES DEBUTS MODESTES

5 ans que nous attendions fébrilement la conclusion des aventures de Nathan Drake. Annoncé comme le dernier épisode de la série, Uncharted 4 : A Thief’s End est bien décidé à imposer de nouveaux standards visuels et de gameplay sur la 8ème génération de consoles. Tout comme l’était l’épisode 2, Among Thieves, en son temps, A Thief’s End s’annonce grandiose. En grand fan de la série, je me suis rué sur ce nouvel opus. Embarquez avec moi, je vais essayer de vous expliquer pourquoi Uncharted 4 laissera un grand vide derrière lui…

Si tu ne vas pas à l’aventure, elle te rattrape…

A la fin d’Uncharted 3, rien ne laissait présager un nouvel épisode et encore moins l’apparition de Samuel Drake, grand frère de notre aventurier favori. Nous avions quitté un Nathan Drake épuisé n’aspirant plus qu’à une chose : avoir une vie plus calme avec Elena.

Sam&Nate

Nate et son frère Sam fraîchement débarqués

Présenté dans les différents trailers précédents la sortie du jeu, Samuel Drake sera bel et bien de la partie. Comme la plupart des joueurs, nous avons d’abord été étonnés d’apprendre l’existence de ce dit frère (qui n’est mentionné nulle part dans la série, pas même par Marlowe qui évoque les parents de Nathan dans l’épisode 3). Puis est venu la crainte : comment intégrer un personnage qui semble si important dans le dernier épisode, alors que nous n’en avons jamais entendu parler ? L’exercice paraissait difficile et pourtant, Naughty Dog l’a fait. L’introduction de ce nouveau protagoniste se fait naturellement et ne compromet en rien la validité des précédents épisodes. Il faut bien l’avouer, dès les premières minutes de jeu, toutes nos craintes ont disparues. Nous avions simplement hâte d’en apprendre plus sur lui et les mystères qui l’entourent. Rassurez-vous, toutes vos questions trouveront réponses. Une fois les deux frères réunis, ils embarquent avec Elena et Sully en quête du trésor d’un certain Henry Avery. Un nouveau « coup » tout aussi foireux que les précédents, qui mettra nos héros à rude épreuve. Pour ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte, je n’aborderai pas plus en détail la question du scénario; sachez simplement que l’aventure frappe une nouvelle fois à la porte de Nathan et que nos compères marchent sur les traces d’un des pirates les plus célèbres de l’histoire, dont le trésor n’a jamais été retrouvé. Un bon début pour une aventure pleine de péripéties. Trouveront-ils ce qu’ils cherchent ? Quel sort est réservé à Nathan et à son équipe (n’oubliez pas que cet épisode est censé clôturer définitivement la série) ? A vous de le découvrir !

Nate&Elena

La vie de famille, ça sera pour plus tard

L’héritage « The Last of Us »

Uncharted 4 ne révolutionne pas la série. Cependant, il amène son lot de nouveautés bien senties. Naughty Dog est un studio qui apprend beaucoup au fil de ses différentes productions. Le studio à appris beaucoup suite à The Last of Us et Uncharted 4 en ressort grandi. La série était connue pour être assez linéaire dans son déroulement avec une structure quasi-identique sur tous les épisodes. J’entends par là que les patterns de gameplay étaient les suivants : Cinématique -> Plateformes -> Gunfight. Répétez cela sur une dizaine d’heures et vous avez un épisode complet des aventures de Drake. Dans Uncharted 4 les choses sont un peu différentes. Nous sommes en présence de personnages que nous avons vu évoluer depuis maintenant près de 10 ans et que nous allons quitter au terme de cette aventure. Il est donc normal que le découpage laisse une place plus importante à l’émotion et aux scènes intimistes. Les cinématiques ont une place plus importante tandis que les fusillades se font plus espacées. Un changement de rythme qui permet, pour la première fois dans la série, l’ajout de dialogues totalement optionnels. Des dialogues qui ne sont fondamentalement pas nécessaires mais qui permettent de renforcer la profondeur du jeu et la psychologie des personnages. Le tout pour arriver à une fin totalement pertinente et assumée. Personne ne restera sur sa faim !

uncharted

Il y a un avant et un après The Last of Us. Dans Uncharted 4, on ressent toutes l’influence héritée de l’aventure de Joel et Ellie. Une réelle complicité s’établit naturellement entre Nathan et son frère Sam. Ce qui au départ apparaissait comme une simple pirouette scénaristique pour justifier la production d’un quatrième épisode, se transforme en véritable atout en terme de gameplay. Certes, la complicité des deux frères se ressent tout au long des dialogues et des vannes qu’ils s’envoient sur tel ou tel sujet, mais c’est lors des phases de gameplay que l’on ressent la véritable force du duo. A l’instar de Last of Us, les personnages peuvent se venir en aide si l’un ou l’autre est en mauvaise posture. Il n’est pas rare que Sam retienne un ennemi afin que nous puissions l’achever plus facilement. La discrétion du personnage secondaire a été grandement améliorée. Sam est capable de s’adapter si vous jouez furtivement ou non. En mode furtif, il sera capable d’éliminer discrètement les ennemis qui se trouvent dans son champ de détection, sans se faire remarquer. Quelques déboires sont à noter lors de certains affrontements : comprenez par là que Sam s’amuse parfois à traverser le champ de bataille en mode kamikaze, même si c’est plutôt rare.

Indiana Drake ou Nathan Jones ?

Le panel des capacités offertes au joueur est plus grand que jamais dans cet épisode. En plus de pouvoir escalader les falaises comme personne, Nathan est désormais équipé d’un grappin dont il peut se servir librement (dans la limite des points d’ancrages qui sont disséminés dans les niveaux). Je veux dire par là que les passages au cours desquels le grappin est nécessaire ne sont pas scriptés. Si le joueur évalue mal le timing, c’est la mort assurée. Le grappin fonctionne exactement comme les cordes dans les précédents épisodes. Nathan peut se balancer pour atteindre de nouvelles plateformes, ou il peut monter et descendre le long de celui-ci. Avoir choisi d’en faire une composante importante des phases d’escalade/exploration est un choix judicieux car cela dynamise de façon intéressante la progression.

Le second ajout dont je voudrais vous parler, c’est la Jeep. Les zones de ce quatrième volet étant plus ouvertes et plus vastes, le véhicule est un atout notable. Disponible à certains points clés de l’aventure, vous pourrez l’utiliser librement lorsque le jeu vous le permet. Équipée d’un treuil, rien ne lui résistera : vous pourrez ainsi accrocher le treuil autour de troncs d’arbres ou de certains piliers pour emmener le véhicule dans des zones difficiles d’accès. L’accrocher autour d’éléments fragiles permettra également de les détruire, pour créer de nouveaux passages à emprunter.

Même si l’utilisation de la Jeep est plutôt scriptée, vous ne résisterez pas à l’idée de rouler dans les contrées sauvages.

Décollement de rétines assuré

Dès les premières minutes, le jeu brille par la propreté de ses graphismes. Depuis Uncharted 2 : Among Thieves, un nouvel opus de la série est synonyme de palier en terme de performances visuelles. Uncharted 4 ne déroge pas à la règle, je dirais même que c’est encore plus impressionnant. Les effets de lumière et d’éclairages sont dynamiques et d’un réalisme saisissant. La modélisation 3D gagne en finesse et la physique des éléments de décor est bluffante. Le jeu tire pleinement profit des capacités de cette Playstation 4 et ça se sent. Les animations gagnent elles aussi en qualité. Lors des phases d’exploration et d’escalade, Nathan n’est plus rigide comme il a pu l’être dans les précédents épisodes. Ses déplacements sont fluides et réalistes. Seules quelques phases de sauts scriptés sont encore perfectibles. Malheureusement pour les possesseurs de premiers modèles de la console de Sony, ça risque de ventiler énormément. J’ai testé le jeu sur une console avec un châssis cuh-1216A (le dernier modèle sorti), réputé pour être beaucoup plus silencieux, et pourtant ça soufflait déjà pas mal. La console est poussée dans ses derniers retranchements, mais rares sont les baisses de framerate. Le tout est d’une impressionnante stabilité, quelles que soient les conditions. Naughty Dog a incontestablement fait d’Uncharted 4 le fleuron technique de la 8ème génération de consoles. Les amateurs de belles captures d’écran pourront s’en donner à cœur joie grâce au mode photo intégré dans le jeu qui, via à un panel d’options d’éclairage ou de caméra, permettra d’immortaliser les plus beaux environnements.

Nate&Sully

La profondeur de champ est impressionnante

Un mot sur le multijoueur

C’est la mode depuis maintenant plusieurs années, et Uncharted 4 n’échappe pas à la règle et à son mode multijoueur. Même si j’ai du mal à saisir l’intérêt de proposer un mode multijoueur dans des jeux solo avec une narration forte, ce mode en ligne permettra à ceux qui le souhaitent de prolonger un petit peu l’expérience Uncharted. Classique mais efficace, ce mode multi propose de jouer tous les personnages de la série dans plusieurs modes de jeux (Team Deathmatch, capture de drapeaux ou de territoires) sur différentes cartes, toutes issues de l’environnement de ce nouvel opus. Nouveauté de ce quatrième épisode : le grappin est repris en multi et apporte une verticalité encore plus importante dans la lecture des maps. Désormais, le danger peut venir du dessus et il va falloir lever la tête si vous voulez survivre.

uncharted

 

L’accomplissement de divers objectifs et la victoire vous permettent d’accumuler un certain nombre de points, faisant office de monnaie pour acheter différentes apparences et différents bonus pour les personnages de ce multijoueur. De quoi rallonger la durée de vie pour les joueurs les plus collectionneurs. Ces points peuvent aussi être achetés sur le Playstation Store moyennant de l’argent réel. Dépenser de l’argent est strictement inutile car ces points ne servent qu’a débloquer des éléments cosmétiques. Les joueurs les moins fortunés ne seront donc pas désavantagés. Un bon point.

Le multijoueur de ce dernier épisode de la série n’a rien de révolutionnaire en soi. Cependant, il est bien construit et propose un contenu supplémentaire de qualité pour ceux qui souhaitent faire durer un peu plus longtemps l’expérience Uncharted 4. Ce n’est qu’après avoir terminé l’aventure solo que l’on se rend compte combien il est difficile de s’arrêter, tant la série a su nous faire vibrer tout au long des différentes aventures pour arriver au point culminant que représente ce dernier épisode. S’adonner au multijoueur permettra de sevrer en douceur ceux qui, comme moi, trouvent qu’il est difficile de se faire à l’idée que Nathan Drake a définitivement raccroché.

En résumé :

Naughty Dog vient de signer le meilleur jeu de la licence, incontestablement. Il mêle habilement tout ce qui fait le sel de la série depuis ses débuts en 2007, sur Playstation 3, tout en apportant une fraîcheur vivifiante hérité de Last of Us. L’aventure s’enchaîne sur les chapeaux de roues sans que l’on ai le temps de s’ennuyer un seul instant, et ce malgré les changements de rythmes introduits dans cet épisode. On ne pouvait rêver une meilleure fin pour Nathan Drake. Indispensable !

  • L’aventure avec un grand A !
  • Probablement le meilleur jeu de pirates depuis Monkey Island
  • Les environnements et les éclairages
  • Le framerate impeccable

 

  • C’est déjà la fin…
  • Gunfights toujours aussi datés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *