TEST | Crypt of The Necrodancer

LES SQUELETTES ONT LE RYTHME DANS LA PEAU

Danny Baranowsky. Mais si ! Le compositeur génial de la bande son de Super Meat Boy et The Binding of Isaac ! Vos oreilles vont aimer le nouveau jeu faisant appel aux talents de notre ami Danny : Crypt of The Necrodancer. Après être tombé dans les sous-sols habités par d’étranges créatures revenant de l’au-delà, votre cœur devient alors la propriété du Necrodancer, maitre ultime du rythme infernal qui vous l’imposera jusqu’à ce que vous en veniez à bout. Car en plus d’être un rogue-like (jeu ayant des parties générées aléatoirement avec votre avatar qui obtient de plus en plus d’équipement suite à ses multiples parties tentées), Crypt est aussi un jeu de rythme. Analyse des profondeurs endiablées par la musique et l’entrechoquement des os de squelettes.

Un mélange de genres ingénieux

Un menu bien rempli, tout en étant une zone de jeu !

Un menu bien rempli, tout en étant une zone de jeu !

Un rogue-like, un jeu de rythme… Comment ça se passe ? Vous incarnez Cadence, une jeune femme courageuse qui tombe dans le piège de ce fameux Necrodancer. Privé de votre cœur, vous devez suivre le rythme imposé par la musique pour avancer. Placé sur un damier aux allures de dancefloor et aux couleurs flashy, votre rôle est simple : vous déplacer, survivre… Et c’est tout ! Une fois la direction choisie, indiquez où vous allez au bon moment et Cadence suit la… Enfin vous voyez le truc. Le bestiaire ennemi, composé de squelettes, zombies, chauve-souris et autres momies suivra la même règle : tout le monde bouge en rythme et rester sur place est impossible ! Dirigez-vous vers un monstre et vous l’attaquez, entrez dans la trajectoire de celui-ci et c’est vous qui prendrez un coup.

Et c’est là tout le sel de Crypt of The Necrodancer : si ce qui vous est demandé est relativement simple, savoir prendre la bonne décision tout en suivant le tempo et en analysant le prochain mouvement de tous les monstres à l’écran est autre chose. Le moindre faux pas peut vous mener à une mort rapide et douloureuse (un replay est lancé après chaque mort et on s’amuse à voir de quelle manière on finit haché, brulé ou écrasé) et il faudra apprendre le pattern (ou mouvement) de chaque type d’ennemi pour parvenir jusqu’au bout de chaque zone.

Des boss charismatiques avec leur propre style de musique

Des boss charismatiques avec leur propre style de musique

Car vous avez effectivement un but bien précis : traverser, pour chaque zone, 3 étages (chaque étage ayant un mini-boss plus puissant que les monstres habituels à occire pour avancer) et vaincre le boss de ladite zone. Le Rogue-like l’impose, chaque zone est uniquement caractérisée par les mêmes musiques, le reste étant généré aléatoirement. Les parties s’enchaînent très rapidement et ne se ressemblent jamais. Chaque partie perdue trouve son origine dans votre faute uniquement et le jeu se base uniquement sur votre expérience. Enfin presque. Pour vous défendre, vous disposerez d’un équipement varié composé d’armes (augmentant la puissance de vos coups, votre portée…), de protections, de pouvoirs (cracher une colonne de flamme surpuissante par exemple)… La combinaison de touches directionnelles pouvant activer l’un de ces atouts, vous devenez de plus en plus fort au fil des parties grâce à l’acquisition de nouveaux items augmentant votre puissance de feu ou votre résistance. L’achat de ces équipements se fera par le biais de joyaux récoltés dans les niveaux parcourus, tous cachés dans les parois des grottes visitées.

Car en plus de pouvoir attaquer ou activer des pouvoirs, vous pourrez creuser. Chaque niveau a une zone de jeu confinée par des murs plus ou moins friables que vous pourrez détruire pour découvrir de nouveaux objets ou vous frayer un raccourci dans l’étage. Différentes pelles aux pouvoirs multiples existent et on passera un certain temps à fouiller dans ces murs pour récupérer ces joyaux salvateurs.

Manque de peau, ici les squelettes dansent !

Manque de peau, ici les squelettes dansent !

Enfin, alors que ces gemmes sont gagnées une fois la récolte effectuée, une autre ressource est présente dans les niveaux, mais sera propre à chaque partie : l’or. A récupérer sur les cadavres ou caché dans le niveau, l’or est utile pour acheter de nouveaux items vous renforçant uniquement dans la partie en cours. A chaque étage se trouve un marchand ayant 3 qualités indéniables : un style imbattable, une panoplie de bonus utiles et surtout, une voix d’enfer. Le marchand est en effet repérable soit par les murs dorés entourant son échoppe, soit par son chant s’ajoutant à la musique du niveau, un extrait est présent ci-dessous pour vous montrer la voix mielleuse qui m’a ensorcelé dès ma première partie !

Jouer c’est cool, mais la musique, elle donne quoi ?

Autant être clair dès maintenant : la bande son de Crypt of The Necrodancer est un délice. Mélange de plusieurs genres allant de la samba au métal en passant par de l’électro, il y en a pour tous les goûts et vos niveaux seront rythmés par des compositions envoutantes, entrainantes et de qualité. Un air de rétro résonne sans cesse dans nos oreilles grâce aux sons 16 bits utilisés par Danny Baranowsky (je soupçonne le fait que la batterie dans les morceaux de métal soit la même que celle de Super Meat Boy) qui font écho au style graphique du jeu. Un univers extrêmement coloré, en pixel art joli et lisible, danse sans arrêt sous le joug du Necrodancer. Le damier que vous parcourez à chaque étage comprend des cases lumineuses d’un côté et assombries de l’autre, et la tendance s’inverse à chaque battement.

Le sol prend une teinte sur un temps...

Le sol prend une teinte sur un temps…

... et change sur celui d'après !

… et change sur celui d’après !

Les boss tirent eux aussi leur inspiration et leurs patterns dans différents styles musicaux, ainsi la rencontre avec un orchestre aux divers instruments mortels ou avec un gros squelette muni d’une guitare électrique et d’un micro deviendra rapidement une routine pour tout bon excavateur que vous deviendrez ! Ces ennemis vous attendrons après votre survie à travers 3 étages truffés de monstres et n’hésiterons pas à jouer avec vos nerfs sur un rythme encore plus effréné. Ayant plus de vie qu’un monstre classique et disposant d’un pattern particulièrement dangereux, à vous de vous en débarrasser grâce à votre maîtrise, sang-froid et sens du rythme.

Mais Crypt ne se résume pas qu’à une bande son et 4 zones à traverser. En effet, si le jeu aurait pu paraître assez répétitif et donc rapidement lassant en raison de son aspect punitif et difficile, il nous réserve quelques cadeaux bienvenus !

Les surprises du dancefloor

Différents personnages dans le menu vous aideront chacun à leur manière !

Différents personnages dans le menu vous aideront chacun à leur manière !

Pour le plus grand plaisir des joueurs, Crypt of The Necrodancer se retrouve à faire partie de ces jeux au contenu gargantuesque. Un défi journalier sera soumis aux joueurs acharnés et compétitifs qui devront traverser plusieurs zones sans mourir avec un classement à la clé. La possibilité de jouer toutes les zones d’une traite pour une grande partie est présente, ainsi que la superbe idée d’avoir mis, pour les joueurs équipés, d’un mode « tapis de danse », imaginez jouer à Crypt uniquement avec vos pas de danse !

Les 4 zones, chacun contenant chacunes 3 étages et un boss nous offrent donc une playlist d’une quarantaine de morceaux de qualité et des idées originales viennent compléter le tableau : mention spéciale à la zone 3 qui confronte les mondes du feu et de la glace. Marchez dans une zone aux couleurs froides et vous aurez une musique typée électro, passez du côté brûlant et la même musique, sans coupure, prendra une touche métal. Les musiques de cette zone se complétant parfaitement, on se retrouve avec un gameplay particulier rajoutant une difficulté avec des sols pleins de cendres incandescentes ou complètement gelés, vous faisant glisser sans possibilité de changer de direction.

Un mode co-op est disponible

Un mode co-op est disponible

Et pour ceux qui veulent rejouer au jeu avec une nouvelle expérience, ils seront servis ! 10 personnages aux gameplays différents (ne tenez plus compte du rythme par exemple…), la possibilité de jouer aux niveaux avec sa propre musique (le tempo est analysé par le jeu lui-même et lancera les niveaux suivant votre nouvelle composition), le mode co-op pour jouer avec un ami, les différentes salles du menu pour vous aider à avancer ou avoir des items présélectionnés (en échange de joyaux) pour la prochaine partie et enfin, cerise sur le gâteau, un éditeur de niveau déblocable à partir d’un certain stade du jeu seront de belles récompenses et de beaux prétextes pour continuer à jouer à Crypt of The Necrodancer.

Pour chaque personnage, une nouvelle manière de jouer !

Pour chaque personnage, une nouvelle manière de jouer !

On remarquera tout de même la difficulté du jeu qui vous obligera à faire et refaire la même zone en boucle jusqu’à arriver vivant jusqu’au bout, ce qui pourra rebuter certains joueurs. Les contrôles sont assez simples mais l’utilisation des pouvoirs peut rendre l’action brouillonne de par la pression de 2 touches directionnelles simultanément. Enfin, malgré la multitude d’items à récupérer, on se retrouve à avoir tout acheté avant d’avoir mis à mal la zone 4, tellement la réussite du projet repose sur votre « skill » plus que sur votre équipement. Un point qui peut à la fois être un point négatif comme une bonne nouvelle suivant votre style de jeu.

 

 

En résumé :

Un excellent Rogue-like doublé d’une bande son joussive, d’un gameplay aux petits oignons et d’un contenu qui vous tiendra en haleine !

  • Un pixel-art sympatique avec un bestaire charismatique et drôle
  • Une bande son signée Danny Baranowsky de grande qualité encore une fois !
  • Un jeu difficile et plein de challenge
  • Du contenu pour jouer seul ou à deux, et même avec sa propre musique !
  • Le chant du marchand mémorable et hilarant
  • Un jeu difficile… et frustrant par moments
  • Un accès trop rapide à la liste complète des items par rapport à l’avancement du joueur
  • Des contrôles pouvant être brouillon et entrainer une mort injuste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *