EVENEMENTS | INDIE GAME NIGHTS #1

Ce mardi 12 juin 2018, au Shadok, a eu lieu la première édition des Indie Game Nights ! Et on y était !


C’est grâce à l’association d’East Games, du FEFFS, du Shadok ainsi que du FabCafé, qu’a pu avoir lieu cette Indie Game Nights. L’Indie Game Nights c’est quoi au fait ? Et bien c’est un petit peu notre E3 à nous, Strasbourgeois. Pendant une soirée, des développeurs de jeu vidéo de la région viennent présenter leur projet devant un public mêlant professionnels du secteur et passionnés de jeux vidéo. C’est aussi l’occasion de jouer à des jeux indépendants puisqu’en plus des jeux présentés ce soir, les visiteurs pouvaient s’essayer à TowerFall Ascension, Speedrunners et Screencheat. Pour cette première édition, trois développeurs étaient présents pour parler au micro de Théo Arbogast : ABX Games Studio, Mastodonte et I Am A Dog.

Tetra’s Escape

Premier à se lancer dans l’arène, ABX Games Studio vient présenter Tetra’s Escape, un puzzle game 2D inspiré de Mousecraft. Le jeu se déroulera sur 64 niveaux en 2D, dans lesquels il faudra déplacer plusieurs personnages ayant la capacité de se transformer en brique de Tetris, afin d’en amener un certain nombre à la sortie et ainsi finir le niveau. Le jeu est en développement depuis fin 2015, sur le temps libre du créateur, il est déjà disponible sur plateforme Android et devrait sortir d’ici la fin de l’été sur PS4, PS Vita, Switch, Xbox ONE et sur Steam, et sera édité par Ratailaka Games.

Site Officiel

Facebook

Beat The Clock

C’était la première présentation de Beat The Clock pour la jeune équipe de Mastodonte, et c’est le jeu qui m’a le plus intéressé lors de cette Indie Game Nights #1 vu son concept de jeu Triple R ! Et un Triple R c’est quoi ? C’est un RPG, Runner, Rogue Like… rien que ça ! Le jeu se déroulera comme un runner classique en 2D, dans lequel vous contrôlerez indépendamment les quatre personnages de votre équipe via un bouton différent, mais votre course sera parsemée de combat ! Le jeu étant au tout début de son développement, nous n’avons malheureusement pu voir que la partie runner, mais Mastodonte nous promet de belles choses pour son Beat the Clock :

  • Une trentaine de personnages jouables qui pourront former votre équipe, 8 d’entre eux seront présélectionné à chaque run (oui c’est aussi un rogue like vous vous souvenez ?) pour que vous puissiez choisir vos quatre aventuriers sur la base de la sainte trinité du JDR : un tank, un soigneur, deux dps.
  • En plus d’une équipe différente à chaque fois, la grande horloge qui vous fera voyager dans le temps vous imposera une règle particulière pendant votre nouveau run. Par exemple, inverser le sens du jeu, les personnages auront donc la tête en bas et les commandes se retrouveront entièrement changées.
  • Des combats au tour par tour, mais en temps réel, comme un petit jeu par très connu du nom de Final Fantasy 7 et son système de combat via la jauge ATB.
  • Quatre compétences par personnage, et une compétence ultime qui se chargera avec ce que les gars de chez Mastodonte appellent le « Focus System ». Certaines compétences auront des contraintes optionnelles particulières, par exemple attaquer en priorité l’ennemi avec le plus de HP, ou celui qui est sur le point d’agir, et si ces contraintes sont remplies, la jauge de la compétence ultime augmente jusqu’à ce qu’elle soit utilisable.
  • Une histoire de fin du monde et de voyage dans le temps qui se voudra cohérente. On nous promet des dialogues entre les personnages, selon leurs liens affectifs, selon s’ils se sont déjà battu ensemble, suivant les lieux rencontrés, les choix faits, etc.
  • Et puis c’est de la fichtre jolie 2D !
  • Il y aura du grand ancien tentaculaire aussi !

Un beau mélange en perspective pour Beat the Clock, qui est prévu pour sortir sur console et pc. Plus qu’à espérer qu’ils n’ont pas la fibre politique chez Mastodonte et qu’ils n’oublient pas tout ce qu’ils nous ont promis, surtout qu’une campagne de financement participative est prévue !

Site Officiel

Facebook

Twitter

Cibos

Développé par deux anciens de chez Ubisoft, Cibos c’est avant tout un personnage atypique, le Cibo (un Cibo, des Cibos). Un petit gars, qui passe son temps à bosser ! Le projet est parti d’une idée de jeu d’aventure/plateforme dans lequel un Cibo partait miraculeusement en vacance, mais tout ne se passait évidemment pas comme prévu. Aux vues de la charge de travail que demandait leur ambition première, les développeurs d’I Am A Dog ont préféré créer un brawler pour faire connaitre l’univers des Cibos avant de se lancer dans d’autres aventures. Et des idées d’aventures ils en ont un paquet ! Mais le développement de Cibos leur aura pris un petit peu plus de temps que prévu… quatre années !

Même si j’aurai adoré voir un jeu de plateforme dans l’univers graphique qu’ils ont créé, le brawler d’I Am A Dog est une agréable surprise. Les contrôles sont très simples, droite, gauche, saut, et le dash. Dash qui est au cœur du gameplay de Cibos, puisqu’il vous permet, en plus de défoncer vos collègues, de faire des doubles sauts et d’avoir une mobilité grandement accrue.  Le but du jeu est lui aussi facile à comprendre : avoir le plus de boulons à la fin du chronomètre. Pour se faire, il faut les ramasser (si si je vous jure), mais aussi rentrer dans le lard de vos petits camarades pour faire tomber leur butin durement gagner, et leur piquer. Divers bonus viendront vous aider : invincibilité, boulons ramassés doublés, voir triplé, attirer tous les boulons sur son Cibo, etc.

Les différents niveaux ont tous des événements particuliers qui viendront pimenter vos parties, comme des marteaux pillons qui viendront vous écraser ou vous aider à prendre de la hauteur, des roues géantes pour vous aplatir, des plateformes mortelles pleines de piques, et de nombreuses autres choses pas super agréables pour les Cibos qui vous feront perdre (ou gagner) un maximum de points ! Le jeu disposera aussi d’un mode solo, où la course au scoring sera reine puisqu’un tableau de score mondial permettra de savoir qui est vraiment le meilleur récupérateur de boulons. Visuellement c’est une réussite, avec un univers graphique et un personnage tout de suite identifiable, et puis c’est joli didiou ! Le jeu d’I Am A Dog devrait bientôt être disponible sur PC, et vous pouvez déjà le rajouter à votre wish list via sa page Steam

Site Officiel

Page Steam

Facebook

Hypixel dévoile son jeu cette année

Au détour d’un poteau du Shadok, j’ai pu entendre le vent. Oui, à ce moment-là, et juste à ce moment, le vent s’est engouffré dans le Shadok et m’a parlé  (oui je parle avec le vent, et alors ?). Il m’a annoncé une petite exclue, il m’a dit qu’Hypixel, allait annoncer son jeu d’aventure « standalone » au cours de cette année 2018 ! Et que quelques Strasbourgeois font partie de la trentaine de développeurs qui travaillent sur le projet. Hypixel, ça ne vous dit peut-être rien, mais c’est une énorme structure de serveurs et de jeux dérivés de Minecraft. Dis comme ça, ça ne parait pas très impressionnant, mais leurs nombres de joueurs se chiffrent en millier, en dizaine de milliers, voir centaines de milliers (15 millions d’inscrits…) ! Leur jeu n’aura plus aucun lien avec Minecraft, c’est pour ça qu’ils l’appellent « leur jeu standalone », même si ce n’en est pas vraiment un.

GG WP

Une première édition couronnée de succès puisque la salle était plus que remplie. C’est encourageant que des structures strasbourgeoises créer de tel événement, et surtout et qu’ils attirent autant de monde ! Les prochains rendez-vous Indie Game Nights à ne pas manquer seront le 14 aout, le 9 octobre, et le 11 décembre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *