AUTOUR DU JEU | La réalité virtuelle de Ready Player One

Steven Spielberg nous fait découvrir le futur du jeu vidéo dans son dernier film Ready Player One. Sortis le 28 mars dernier, le réalisateur et producteur y rend un magnifique hommage à la pop culture.

 

En 2045, un développeur de jeux vidéo, James Halliday a créé l’OASIS, un univers virtuel qui est devenu l’échappatoire de l’humanité face à la tristesse du monde réel. Cet univers est accessible via une réalité virtuelle, plus aboutie que jamais. En effet, en plus du simple casque d’immersion, les mouvements des joueurs sont captés grâce à des gants, des tapis de course multi-directionnels, et même pour les plus riches, une combinaison sensorielle qui enveloppe tout le corps.

Juste avant sa mort, l’excentrique et génial créateur cache un «easter egg» dans son chef d’œuvre en guise de cadeau d’adieu. Pour le trouver, il faudra obtenir 3 clefs au cours de 3 épreuves. Le vainqueur héritera de sa fortune ainsi que du contrôle total du jeu.

L’OASIS est un univers numérique constitué de plusieurs planètes qui offrent différents divertissements : des mondes aux possibilités infinies, qui permettent de jouer au golf, d’escalader l’Everest, de surfer sur des vagues géantes ou encore de s’aventurer sur la planète DOOM. Comme son nom l’indique, cette dernière est régie par la guerre et les joueurs s’y entre-tuent afin de gagner de puissants artefacts.
Bien sûr, il ne s’agît pas de mort à proprement parlé, mais de retour à zéro. Lorsque son avatar meurt, le joueur perd tous ses objets lootés, son argent, ses costumes, ses accessoires, etc. C’est donc le game over et il faudra tout recommencer.

 

Par le biais de son avatar, il est possible de devenir n’importe qui et même n’importe quoi. Le film offre de nombreuses références à la pop culture grâce à cela. L’avatar est le personnage que vous interprétez dans un jeu vidéo, il peut être grand, petit, fort, connu ou pas. On va donc croiser Batman, Tracer et beaucoup d’autres personnages issus de différents média, avec de nombreuses notes et références cachées tous azimuts.

 

Dans les jeux actuels, il est possible d’utiliser de l’argent réel afin de s’offrir de nouvelles armes / tenues / équipements. Dans le futur de Ready Player One, il est également possible d’emprunter de l’argent à la société IOI (Innovative Online Industries). Cette multinationale aux méthodes douteuses sera le grand méchant du film. En plus de mettre toutes les ressources nécessaires afin de découvrir l’easter egg, ils ont créé les « loyalty centers » (centres de fidélités): les joueurs ayant accumulé trop de dettes dans le jeu, sont forcés à travailler pour IOI pour les rembourser.

 

Pour toutes les générations

Ce bijou du 7ème art s’adresse donc aux fans de science-fiction, de jeu vidéo et de pop culture. Mais également à toutes les générations, grâce aux nombreuses références. De l’action a souhait, de la romance, un méchant crédible qui donne une véritable gravité à la situation des héros.
Courez voir Ready Player One !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *